Amal BOURDOUI :

La cogestion des ressources hydriques à Marrakech

Résumé :

La cogestion est un modèle de démocratie participative partagée entre différents acteurs assurant le développement et la conservation des ressources hydriques.

L’application de la cogestion des ressources hydriques dans la ville de Marrakech en prenant en considération les jeux et les enjeux spécifiques d’acteurs, mérite une réflexion et un approfondissement dans la pratique de gestion et du développement des acteurs.

La cogestion des ressources hydriques, comme une forme participative de gestion, peut être une solution tant pour la conservation, le développement des réseaux d’acteurs, mais encore une réflexion globale sur les enjeux de gestion contemporaine.

Nombreux projets dont les acteurs visent la protection de l’environnement partent du principe de la gestion vers une cogestion des ressources hydriques pour le développement, tout en votant sur l’approche participative et un intérêt pour la sauvegarde des ressources naturelles.

La notion de cogestion «The Co-management» en anglais ; comme prototype participatif et collaboratif de gestion des ressources hydriques, incluant plusieurs acteurs dans un projet de développement et de conservation.

La cogestion comme modèle organisationnel assurant la protection et la gestion de l’environnement dans ce contexte de développement de l’émergence des questions sur la participation et les préoccupations environnementales des acteurs dans les projets de développement ainsi l’ensemble des processus et de jeux d’acteurs œuvrant dans le domaine et les enjeux induits par des transformations du milieu et des ressources.

Les projets de gestion des ressources naturelles au Maroc et plus particulièrement dans la ville de Marrakech, participant à la fois de résoudre la problématique de la cogestion de la ressource hydrique au milieu urbain et rural, ainsi la conservation des opérations de développement. En ce sens, la cogestion peut être envisagée comme une ressource, ou une technique (de gestion).

Summary:

Co-management is a model of participatory democracy shared between different actors ensuring the development and conservation of water resources.

The application of co-management of water resources in the city of Marrakech, taking into account the games and the specific challenges of actors, deserves reflection and a deepening in the practice of management and development of actors.

The co-management of water resources, as a participative form of management, can be a solution both for conservation, the development of networks of actors, but also a global reflection on the challenges of contemporary management.

Many projects whose actors aim at protecting the environment start from the principle of management towards co-management of water resources for development, while voting on the participative approach and an interest in the safeguarding of natural resources.

The concept of co-management “The Co-management” in English; as a participative and collaborative prototype for water resources management, including several actors in a development and conservation project.

Co-management as organizational models ensuring the protection and management of the environment in this development context, the emergence of questions about the participation and environmental concerns of actors in development projects and all the processes and games of actors working in the field and the challenges induced by changes in the environment and resources.

Natural resource management projects in Morocco and more particularly in the city of Marrakech, participating in both are solving the problem of the co-management of water resources in urban and rural areas, as well as the conservation of development operations. In this sense, co-management can be seen as a resource, or a (management) technique